Historique

Histoire de la mission

Fondation de la SUM

Fondation de la SUM

1904 L‘histoire d’Action Missionnaire Internationale débute en 1904, année où Karl Kumm un missionnaire pionnier allemand a fondé en Angleterre la Sudan United Mission (SUM – Mission Unie du Soudan). Dans les décennies qui suivirent de nombreuses branches nationales naquirent tout en gardant cette vision d’apporter la Bonne Nouvelle dans cette région du Sahel. Le terme « Soudan » englobait à cette époque la région s’étirant du « Niger au Nil » (cf. Karl Kumm, Last of the Livingstones – Pionner Missionary Statesman de Spartalis aux éditions Afem).

Read more

Un couple Canadien au Tchad

1926 En 1926 un couple missionnaire Canadien se rendit au Tchad. En remontant depuis le sud du pays, et en implantant plusieurs stations dont celle de Bébalem, ils vinrent s’installer des années plus tard à N’Djaména (Fort Lamy à l’époque). C’est alors que s’imposa à eux la vision de l’évangélisation du nord musulman.

Read more

Création de la MPFST

Création de la MPFST

1952 C‘est en 1952, que la branche française de la SUM fut créée sous le nom de Mission Protestante Franco-Suisse du Tchad (MPFST)

Read more

Création de l’EET

1960 Jusqu’en 1960 nos missions travaillaient sous le titre international de la SUM et depuis 1952 la SUM France est devenue Mission Protestante Franco-Suisse du Tchad. A partir de 1960, la Mission SUM fut reconnue officiellement par le gouvernement tchadien. Les différentes branches de le SUM se répartirent fraternellement et par affinités les divers secteurs géographiques du pays ainsi que les diverses activités. C’est ainsi que depuis ce temps les différentes Missions poursuivent leur travail dans ce pays. Les « prêts » de missionnaires entre missions sont courants et les partenariats sur le terrain fréquents. Les églises du Tchad étaient appelées Église Évangélique SUM-Tchad A la veille de la déclaration de l’indépendance, Victor Veary le premier missionnaire SUM, au Tchad, encourage l’église pour qu’elle devienne indépendante, ce qui fut fait et l’église prend alors de nom de EET (Église Évangélique du Tchad) et garde les mêmes collaborations avec les missions. De nombreuses réorganisations ont eu lieux, mais une impulsion nouvelle est donnée aux missions et aux églises pour aller évangéliser vers le Nord-musulmans.

Read more

Démarrage de l’Accueil Fraternel

1970 Dans les années 1970 le retour d’une famille missionnaire et son appel particulier, permet à notre mission de réaliser la vision d’un missionnaire canadien…. Se préoccuper des étudiants africains qui souvent sont chrétiens en Afrique et arrivés en France, pour étudier, se sentent “perdus” et souvent perdent la foi.                                                                                                                                                                               Des animations, enseignements et  accueils à très court terme et aide diverses ont profité à des centaines d’étudiants, jusque vers les années 90. L’engagement d’une famille africaine (les Watto) a permis à ce travail de perduré. L’Accueil Fraternel est connu par toutes les églises africaines sur Paris et ailleurs. Les Watto en retraite développent d’autres activités au service des africains et ressortissants des caraïbes à Paris et région.

Read more

Création du COCOAM

1990 Dans les années 1990, les missions et les églises décident de travailler en partenariat d’une manière plus rapprochée: Le COCOAM est créé (Comité de Coordination des Activités Missionnaires). Plusieurs actions communes sont alors réalisées, notamment dans l’évangélisation du Nord par des équipes conjointes (Églises et Missions). Globalement le partenariat fonctionne assez bien et jusque aujourd’hui porte des fruits positifs, , et pour la Gloire de Dieu. L’Église se développe.

Read more

Démarrage du projet “Enfants de la Rue”

1999 En 1999 la vision de la mission s’oriente au Tchad vers un engagement parmi les enfants de la rue à N’Djaména. Le travail était nouveau, l’église avec laquelle on voulait délibérément travailler n’avait pas la même vision, les choses ont avancé lentement au début. L’arrivée d’un couple suisse et sa pérennité sur place ont permis au travail de se structurer, de s’intégrer dans les églises à N’Djaména. Ainsi un travail parmi les enfants de la rue à N’Djaména, puis à Abéché se met en place, avec enthousiasme, malgré des difficultés (terrain, accueil, logement, etc…). Santé, témoignage, accueil provisoire, enseignement sont les axes principaux de cet engagement de la mission, en collaboration avec les églises.

Read more

Changement de nom

2009 En 2009, MPFST devient AMI-p (association cultuelle) et AMI-d (association culturelle). Les ministères de notre mission se poursuivent et se développent.

Read more